Collectif Peinture Fraiche

CARTE INTERACTIVE DES TERRILS FRANCO-BELGES

Le meilleur des Terrils Belges et Français dans une seule et même carte !
Une cartographie répertoriant les plus beaux terrils du Nord-pas-de-calais et de Wallonie.

Cliquez sur les pour découvrir des fiches descriptives de chaque Terril répertorié.



  Nous ajoutons régulièrement de nouveaux terrils à notre carte !




Schéma en coupe d'une mine standard

Un peu de culture Houillère

Les sous-sols du Nord-Pas-de-Calais et de la Wallonie ont été exploités pour leur charbon entre les années 1720 et 1990.

Un Terril est formé par l'accumulation des résidus liés à l'extraction du charbon présent dans les terrains du houiller. La taille et la forme des terrils que nous observons aujourd'hui sont le résultat d'une évolution qui s'étend sur plusieurs siècles. Le charbon est utilisé comme combustible de chauffage depuis le Moyen-Age, mais avant la révolution industrielle, les terrils n'étaient que de petites mottes ne dépassant jamais quelques milliers de m³. Ces formes résultaient du fait que l'exploitation n'était à cette époque qu'au stade artisanal. Ces terrils ont actuellement tous disparu.

Dès la deuxième moitié du XVIIIème siècle, la concentration des petites sociétés charbonnières s'est opérée pour réaliser une industrialisation, une mécanisation et une intensification de l'exploitation du charbon. Ainsi, sont nés des terrils de gabarits beaucoup plus imposants.


photo de 1904, rampe de remplissage d'un terril

rampe de remplissage d'un terril - 1904

L'apparition des montagnes Artificielles.

A la fin du XIXème siècle, des terrils ont été aménagés en forme conique en raison de l'emploi de wagonnets actionnés par un treuil, circulant sur une rampe qui allait du bas au sommet du terril.

Parfois, on plaçait des plaques de tôle, sur les versants des terrils afin de faciliter l'étalement rapide des matériaux. L'utilisation de ces glissières est responsable de la succession de crêtes et de ravines sur les pentes des terrils. Lorsque des terrils atteignaient une hauteur comprise entre soixante et cent mètres, on cessait de les élever et on déversait alors dans une seule direction, provoquant ainsi la formation d'une crête, donnant les terrils à crête.


C'est réellement à la fin du XIXème siècle et au cours du XXème siècle, que sont apparus des terrils plus nombreux, plus volumineux dépassant généralement 1 000 000 m³ et occupant une plus grande surface que leurs ancêtres.



Récupération de cadavres lors de la catastrophe de Courrière en 1906

Un bilan social mitigé

Durant toute la période d'exploitation, on dénombre officiellement 1755 morts dans les mines, répartis en 49 accidents, uniquement sur le bassin minier du nord-pas-de-calais.

Les causes sont multiples : éboulements, incendies, décrochages de cages, rupture de treuil, de barrière, mais le plus courant reste la libération et l'explosion en profondeur de poches de grisou, composé à 90% de méthane, appelé "coup de grisou".

Les techniques « modernes » d'extraction mécaniques, apparues dans les années 1930 (marteau-piqueur, haveuses mécaniques), ont augmenté considérablement la production d'un ensemble de fines particules de poussières de carbone hautement inflammables, cause de nombreux incendie et "coup de poussière", comme en 1906 à Courrière, où 1099 indivudus périrent.

Ces poussières sont également à l'origine de la silicose, maladie pulmonaire du mineur.


L'aménagement au sommet du terril N°2 d'Haillicourt

Le Machaon, d'une envergure de 55 à 90 mm, reconnaissable à ses grands vols planés

Le Terril aujourd'hui

Les Terrils sont vu aujourd'hui comme les derniers vestiges d'une époque révolue, comme la trace d'un passé ouvrier intense et dévastateur.

Ils ont longtemps été considérés comme des reliefs inintéressants et gênant le paysage, mais sont maintenant reconnu comme un patrimoine régional et nombre d'entre eux sont inscrit au patrimoine mondiale de l'unesco. Certains ont été réhabilités en terrains de vignes, ou ont été réexploité pour la construction ou le terrassement.

Une grande partie du bassin minier est préservé et offre de nombreuses réserves naturelles propices à de nombreuses espèces animales et végétales, y compris des espèces non-communes de la région.

La spécificité principale du milieu est sa température en moyenne plus élevée qu'ailleurs, ceci dû au sol sombre des terrils qui chauffe très facilement pendant les période d’ensoleillement. Les relevés de températures peuvent atteindre 50 °C au sol et jusqu’à 1000 °C au cœur du monstre. C’est ainsi que les diplotaxi à fleur jaune, la piloselle ou l’onagre, venus d’Amérique, côtoient le Séneçon d’Afrique, le machaon ou le criquet à ailes bleues.

Les terrils sont le terrain de jeu idéale pour les grimpeurs du dimanche qui cherchent un peu de verdure et de dépaysement dans nos région où la platitude regne en maitre. Chaque terril a ses particularités et vaut son lot d’efforts. Et pour les plus téméraire, des événement sont régulièrement organisés, de la marche nocture à la randonnée à vélo, en passant par les courses à pied.

sources : Debehault (1968), Frankart (1984) et Franssen (1990) - http://terrilsdeliege.11vm-serv.net
www.fr.wikipedia.org/wiki/ Liste_des_catastrophes_et_accidents_dans_le_bassin_minier_du_Nord-Pas-de-Calais
www.destinationterrils.com/faune-flore-des-terrils





Collectif Peinture Fraiche
Association loi 1901 déclaré à la Préfecture du Nord.
Youtube     Facebook     Instagram  
contact @ PeintureFraiche.info